You are here: Home / Journal Articles / Bipartite networks improve understanding of effects of waterbody size and angling method on angler-fish interactions / About

Bipartite networks improve understanding of effects of waterbody size and angling method on angler-fish interactions

By Christopher J. Chizinski, Dustin R. Martin, Daizaburo Shizuka, Kevin L. Pope

View Link (HTM)

Licensed under

Category Journal Articles
Abstract

Networks used to study interactions could provide insights to fisheries. We compiled data from 27 297 interviews of anglers across waterbodies that ranged in size from 1 to 12 113 ha. Catch rates of fish species among anglers grouped by species targeted generally differed between angling methods (bank or boat). We constructed angler–catch bipartite networks (angling method specific) between anglers and fish and measured several network metrics. There was considerable variation in networks among waterbodies, with multiple metrics influenced by waterbody size. Number of species-targeting angler groups and number of fish species caught increased with increasing waterbody size. Mean number of links for species-targeting angler groups and fish species caught also increased with waterbody size. Connectance (realized proportion of possible links) of angler–catch interaction networks decreased slower for boat anglers than for bank anglers with increasing waterbody size. Network specialization (deviation of number of interactions from expected) was not significantly related to waterbody size or angling methods. Application of bipartite networks in fishery science requires careful interpretation of outputs, especially considering the numerous confounding factors prevalent in recreational fisheries.

Résumé : Les réseaux utilisés pour étudier les interactions pourraient fournir de l’information utile sur les pêches. Nous avons compilé des données de 27 297 entrevues de pêcheurs a` la ligne dans différents plans d’eau allant de 1 ha a` 12 113 ha. Les taux de prise de différentes espèces de poisson de pêcheurs regroupés selon l’espèce ciblée varient généralement selon la méthode de pêche (de la rive ou d’une embarcation). Nous avons construit des réseaux bipartites pêcheur–prises (selon la méthode de pêche) entre les pêcheurs et les poissons et mesuré plusieurs paramètres de ces réseaux. Il y a des variations considérables des réseaux entre plans d’eau, plusieurs paramètres étant influencés par la taille de ces derniers. Le nombre de groupes de pêcheurs ciblant des espèces précises et le nombre d’espèces de poissons pêchées augmentent avec la taille du plan d’eau. Le nombre moyen de liens pour les groupes de pêcheurs ciblant des espèces et les espèces pêchées augmente également avec la taille du plan d’eau. La connectance (proportion de liens possibles réalisés) des réseaux d’interactions pêcheur–prises diminue plus lentement pour les pêcheurs en embarcation que pour les pêcheurs de la rive pour des plans d’eau de plus en plus grands. La spécialisation des réseaux (écart entre le nombre d’interactions observées et prévues) n’est pas significativement reliée a` la taille du plan d’eau ou a` la méthode de pêche. L’application de réseaux bipartites aux sciences halieutiques nécessite une interprétation soigneuse des données de sortie, étant donné, notamment, les nombreux facteurs de confusion qui caractérisent les pêches récréatives.

Submitter

Marcy Wilhelm-South

Purdue University

Date 2018
Publication Title Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Sciences
Volume 75
Issue 1
Pages 72-81
DOI 10.1139/cjfas-2016-0176
URL https://digitalcommons.unl.edu/ncfwrustaff/239/
Language English
Additional Language English
Cite this work

Researchers should cite this work as follows:

Tags
  1. Animal roles
  2. Fish
  3. Human-animal interactions
  4. human-wildlife interactions
  5. open access
  6. Wild animals
Badges
  1. open access